Collège Louis Pasteur

Bienvenue dans notre établissement

Par admin clg-pasteur-raon, publié le mardi 11 juin 2013 16:00 - Mis à jour le lundi 25 juin 2018 20:21
Capture d?écran 2018-06-14 à 07.13.05.png
Présentation de l'établissement, un peu d'Histoire.

Les locaux actuels du collège sont nés de l'évolution économique locale à la fin du XIXème siècle. Après la guerre de 1870, beaucoup d'industriels lorrains et alsaciens s'installent dans les vallées vosgiennes pour éviter l'annexion allemande. C'est le cas de Frédéric Amos qui, en 1872, installe à la Neuveville une usine spécialisée dans la fabrication de feutres pour les chaussons.

Le choix du site pour la chaussonnerie s'est effectué en tenant compte des cours d'eau et des voies de communication. L'ouverture de la gare de la Neuveville, en 1864 provoque le déclin du flottage et favorise le développement de l'industrie et de l'habitat dans la commune voisine de Raon L'Etape.

 

Le territoire de la commune de la  Neuveville, jusqu'alors occupé par des champs et prairies, change de physionomie avec l'achat par la famille Amos de la plupart des terrains situés à proximité de l'entreprise. Vers 1890, elle fait construire une maison de maître, il s'agit d'une sorte de petit château destiné à l'hébergement de cette famille fortunée. Aujourd'hui, ce pavillon constitue le bâtiment administratif du collège.

La résidence bourgeoise traduit l'aisance et le pouvoir social de ses occupants. De nombreuses dépendances sont prévues pour les domestiques. Un passage souterrain permet aux patrons d'accéder directement à l'entreprise distante de plusieurs centaines de mètres, de l'autre côté de la voie ferrée.

Située assez loin du centre-ville, la construction s’est entourée d’un jardin d’agrément comme c’est de coutume pour ce genre d’habitation. Ainsi naît, dans les premières années du XXème siècle, le parc arboré, riche d’essences sylvicoles rares.

Le canal qui borde le collège a été aménagé pour l’entreprise Amos afin de constituer une réserve d’eau de bonne qualité, nécessaire au filage de la laine et du coton. Une galerie souterraine voutée permettait de traverser la voie ferrée et d’amener l’eau jusqu’à l’usine.

 

En 1950, une congrégation religieuse, les frères du Sacré-Cœur, achète la propriété Amos et fait construire un séminaire. La construction est conçue pour durer : charpente, dalles et piliers en béton armé. Au cœur de l’édifice, la chapelle témoigne d’une architecture originale et harmonieuse : utilisation de pierres de gros pour les façades extérieures, du marbre pour l’intérieur, vitraux sur la façade Sud. Les vitraux sont intégrés à la maçonnerie sur toute la hauteur des cinq travées Sud. L’aile Nord sera construite vers 1955.

Vers 1960, le Sacré-Cœur comportait un internat équipé de tous les aménagements nécessaires à la vie des religieux : réfectoire, salles de cours et dortoirs. Jusqu’en 1966, le séminaire forme des prêtres.

 

En 1973, la municipalité achète tous les bâtiments du séminaire ainsi que les terrains attenants (la future Zone du Hagis – achat subventionné aux 2/3 par l’État).

Depuis 1986 et les lois de décentralisation, les Conseils Généraux (aujourd’hui Conseils Départementaux) ont la charge des travaux de construction, de rénovation et de maintenance. Des travaux de réfection ont lieu au collège (bâtiment administratif).

 

 

 

 

En 2002, les cuisines et la salle à manger sont entièrement rénovées pour satisfaire aux normes d’hygiène et de sécurité. De nouveaux locaux techniques se greffent sur les anciens. Un ascenseur est installé pour permettre l’accueil des personnes à mobilité réduite. Depuis quelques années, les rénovations continuent : salles de classes réaménagées, insonorisation, isolation.